Comparaison entre FUE et FUT

Le résultat le plus important d'une greffe capillaire réussie est le fait d'obtenir une ligne capillaire naturelle, ainsi qu'une densité naturelle des cheveux, sans trace visible du traitement. Les progrès techniques et les améliorations des dernières années et décennies ont très nettement aidé à obtenir l'aspect le plus naturel possible. En effet, grâce à eux, les greffons prélevés et transplantés sont de plus en plus petits et leur nombre de plus en plus grand.

Deux procédures différentes sont courantes dans le domaine de l'autogreffe capillaire : la FUT et la FUE. La façon dont la racine pilaire est prélevée distingue principalement ces deux techniques : alors que pour la FUT - la dénommée technique à bandelette - une bandelette de peau chevelue est prélevée, afin d'obtenir des follicules pileux, les unités folliculaires sont prélevées une à une dans la FUE, une méthode développée à partir de la FUT.
Le standard des techniques FU est le prélèvement de tout petits groupes de cheveux naturels, que l'on appelle des unités folliculaires (Follicular Units, UF en abrégé). Une unité prescrite anatomiquement est composée généralement de 1 à 4 cheveux et les deux techniques – FUT et FUE – utilisent exclusivement des faisceaux de cheveux (ou encore « unités folliculaires ») naturels.
La technique de prélèvement est l'un des critères les plus importants et les plus déterminants d'une transplantation capillaire : le nombre de greffons prélevés n'est pas ce qui importe le plus, mais bien plus la qualité des racines, si l'on veut obtenir un taux de croissance élevé.
Lorsque l'on pratique la technique de prélèvement FUE, la taille du trépan et le trépan sélectionné lui-même jouent un rôle décisif si l'on veut endommager le moins possible la zone donneuse. Pour simplifier : plus le trépan est fin, plus la blessure de la peau occasionnée dans la zone donneuse sera moindre, et moins le prélèvement sera ensuite visible. Et inversement. Raison pour laquelle docteur Feriduni n'utilise pas de trépans de plus de 0,95 mm. Les racines pilaires sélectionnées doivent ensuite être préparées scrupuleusement, alors que pour la greffe même, les deux méthodes emploient la même technique.
L'apprentissage permettant de réaliser une « State of the Art-FUE » est plus intensif et plus long que le prélèvement d'une bandelette. Une FUE demande une longue expérience, outre le doigté exceptionnel, en particulier pour pouvoir utiliser le trépan le plus fin possible, avec la précision nécessaire, tout en conservant une qualité idéale des unités folliculaires. Elle demande aussi des connaissances dans les diverses techniques de greffe : on exige beaucoup de la part du chirurgien d'une FUE !
 



FUE & FUT : la zone donneuse et l’aspect de la cicatrice

Les deux processus de prélèvement - FUE et FUT - se distinguent du point de vue de l'aspect de la cicatrice dans la zone donneuse : alors que le prélèvement de la bandelette (FUT) laisse, lorsqu'il s'est bien passé, une cicatrice linéaire à l'arrière de la tête, on ne détecte généralement - après le prélèvement de follicules par la FUE - que de toutes petites cicatrices, si l’on regarde très précisément, ces dernières formant de minuscules points.
L'aspect de la cicatrice dans la zone donneuse est donc un critère permettant aux patients de pencher pour une technique ou l’autre, s’ils désirent porter des cheveux très courts. Étant donné que la cicatrisation évolue de façon différente d'un patient à l'autre et que cette évolution dépend également du type de traitement et du nombre des traitements précédents et suivants, il est indispensable que le chirurgien capillaire traitant conseille scrupuleusement ses patients quant à la marche à suivre. Les techniques de fermeture spéciales, comme la fermeture trichophytique, améliorent la cicatrice après le prélèvement d'une bandelette.
 



FUE & FUT : les taux de survie des unités folliculaires/greffons

La condition sine qua non de chaque traitement médical est de procéder avec une très grande précaution et très scrupuleusement ; ce qui vaut particulièrement pour le prélèvement et le taux de survie des follicules pileux :
les greffons prélevés sont tout autant exposés au danger de sécher qu'à celui du métabolisme cellulaire qui les régit et qui risque d'induire in fine une sorte d'auto-empoisonnement. C'est aussi la raison pour laquelle l'environnement et le maniement des UF sont très importants entre le prélèvement et la greffe. Conservées jusqu'à leur greffe dans une solution physiologique, correspondant au milieu corporel humain, les unités folliculaires sont maintenues toujours humides, même pendant le traitement sous microscope.
Généralement, les greffons prélevés par une FUE sont nettement plus fragiles, la technique de prélèvement privant les follicules pileux de précieux tissus protecteurs. Résultat : un taux de repousse sensiblement inférieur. Dès lors que le travail n'est pas fait dans les règles de l'art, les deux techniques de prélèvement peuvent pareillement conduire à des lésions des follicules pileux sains, à une altération de leur taux de survie et à un taux de repousse plus mauvais ; d'où l'importance cruciale de bien choisir « son » chirurgien capillaire, si l'on veut une greffe capillaire réussie.
 



FUE & FUT : nombre de greffons et densité

En fonction de la zone à traiter, on a besoin d'un nombre moyen de 1 000 à 5 000 unités folliculaires. Lorsque le traitement se passe dans des conditions idéales, on peut obtenir des résultats positifs avec ces deux techniques de prélèvement. La densité capillaire souhaitée de 30 à 90 unités folliculaires par cm² peut aussi bien être atteinte avec une FUE qu'avec une FUT.
 

FUE & FUT : mise en œuvre des greffons

Les greffons prélevés de façon optimale peuvent être endommagés au moment de la greffe elle-même. Cela entraîne alors un taux de repousse inférieur, lorsque le chirurgien traitant et son équipe ne sont pas suffisamment expérimentés et qu'ils ne disposent pas de la dextérité et des connaissances techniques nécessaires. Le médecin traitant doit être à même de travailler de façon esthétique. Cela veut dire qu'il doit pouvoir lui être possible de procéder à la greffe en fonction de normes esthétiques du point de vue du nombre et de la répartition des greffons à transplanter, afin de donner à la densité capillaire un air naturel. Cela est valable pour toute la zone de la tête, mais en particulier pour la réalisation de la ligne capillaire. Le degré et la direction des incisions, lorsqu'ils sont corrects, ont un effet décisif sur l'aspect ultérieur.
Les canaux dans lesquels des greffons prélevés et préparés sont mis en place dans la zone receveuse sont également très importants pour la greffe. Les scalpels et les lames pouvant être adaptés au patient en question conviennent parfaitement. On les appelle les « customized blades ». Le chirurgien traitant peut ainsi accorder longueur, largeur, profondeur et angle des coupes, à la direction de repousse individuelle du patient, et obtenir un nouveau raccordement rapide du greffon aux vaisseaux sanguins et aux nerfs, ce qui influence énormément le taux de croissance et l'aspect naturel.



FUE & FUT : l'évolution de la guérison

L'intensité de la douleur dépend de la sensibilité individuelle du patient. S’effectuant toujours sous anesthésie locale, le traitement est donc entièrement indolore. L'un des effets de l'anesthésie locale, lorsque l'on utilise la technique de prélèvement FUT, est l'impression que le cuir chevelu est tendu ; généralement faible, cette impression disparaît complètement au bout de quelques jours après le traitement. La guérison est plus rapide pour un prélèvement FUE que pour une FUT et surtout la plupart du temps sans douleur. Aucune impression d'engourdissement provisoire (souvent pour plusieurs mois) n'intervient.
L'enflure qui apparaît dans la zone de la greffe (autour du front et des yeux) dépend entre autres de la densité des unités folliculaires par cm², ou de la taille de la zone traitée, ou, inversement, du nombre de racines pilaires greffées – elle apparaît dans le cas des deux méthodes, et reste pendant 6 à 8 jours.



FUE & FUT : Hair loss/shock loss

Un effet, la plupart du temps très désagréable pour les patients, et qui peut apparaître avec les deux méthodes de prélèvement, est celui de la chute de cheveux dans la zone de la greffe après 2 à 6 semaines. Cette chute concerne non seulement les cheveux greffés, mais aussi le cas échéant les cheveux restants. Au cours de la seconde ou troisième semaine après une greffe capillaire, la plupart des cheveux implantés tombent. Cet effet apparaît chez 98 pour cent de tous les patients.
Cette chute de cheveux est tout à fait normale. Ce ne sont que les cheveux affaiblis par le traitement qui tombent, pas les racines pilaires. Ces dernières forment de nouveaux cheveux au bout de 3 à 6 mois, lesquels témoignent, en quelque sorte, de la réussite de la greffe. Idem pour les cheveux présents encore avant l'opération, dans la zone de la greffe. Cela n'est toutefois pas valable pour les follicules pileux trop affaiblis pour pouvoir de toute manière produire de nouveaux cheveux.
 



FUE & FUT : résumé

Les deux techniques, FUE et FUT, ont de grands espoirs de réussite, mais : il n'y a pas de méthode meilleure ou de seule méthode correcte – chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients.
La décision relative à la technique de prélèvement doit être prise individuellement, en coopération et dans le cadre d'entretiens avec le médecin traitant. Les raisons sont nombreuses : un chirurgien capillaire doit pouvoir évaluer la chute naturelle à venir des cheveux, la qualité et la densité des cheveux présents, en particulier la structure des cheveux, ainsi que le nombre des greffons à prélever nécessaire, afin de répondre aux souhaits des patients. Il doit également connaître et expliquer les formes de traitements alternatifs, comme la thérapie médicamenteuse, et expliquer aux patients les avantages et les inconvénients de chaque technique. Il n'est possible de faire une recommandation, quant à la technique de prélèvement, qu'après des examens préalables, détaillés et approfondis.
Le prélèvement des follicules capillaires est simplement l'un des nombreux aspects qui aident à obtenir un résultat naturel, lors d'une greffe capillaire réussie. Si d'autres aspects (incisions par exemple) sont négligés, il faut s'attendre avec une grande vraisemblance à un mauvais résultat, ou à un résultat insatisfaisant.
Raison pour laquelle la réussite d'une FUE et FUT dépend en grande partie de la formation, de l'expérience, de la technique, des capacités, du doigté, de la dextérité et de l'expertise du chirurgien traitant. La technique de prélèvement FUE est nettement plus exigeante : elle demande, en effet, des connaissances approfondies inaliénables et de l'expérience dans les deux techniques de prélèvement. En bref : quelle que soit la technique utilisée, il est toujours préférable qu'un spécialiste expérimenté soit chargé de l'exercer.
Une FUE convient aux patients qui ne veulent absolument pas avoir de cicatrices linéaires, tout comme aux jeunes patients qui nécessitent un traitement moins important. De plus, une FUE est un bon choix, dès lors qu'il est question de greffer des poils et que l'on travaille dans le domaine de la chirurgie de correction ou de reconstitution capillaire.
La FUE convient également aux patients qui ne disposent que de très peu de matériaux donneurs, comme aux patients qui tendent à avoir des cicatrices extrêmes, ou ceux qui désirent garder les cheveux très courts. Les patients pour lesquels Nordwood V ou VI a été diagnostiqué et pour qui une FUE et une FUT est préférable, afin d'obtenir le plus grand nombre possible de cheveux donneurs.
Les deux techniques de prélèvement permettent de prélever le même nombre de racines pilaires en moyenne. Une différence déterminante toutefois : lorsque la FUT est faite dans de bonnes conditions, 4 000 à 5 000 unités folliculaires peuvent être prélevées en une seule opération, alors que le nombre prélevé, lors d'une FUE faite dans de bonnes conditions, est limité à 3 000 - 3 500 unités folliculaires. Il est donc nécessaire de réaliser un second traitement avec la technique FUE si l'on veut obtenir le même nombre d'unités folliculaires. Ce second traitement peut être effectué au bout de 6 mois en moyenne.
La densité respective devant être atteinte (30 à 90 unités folliculaires/cm²) est possible, de la même manière, avec les deux techniques. La méthode de prélèvement n'a donc aucune influence sur le résultat final.
L'expérience montre qu'une FUE est moins douloureuse et que l'évolution de la guérison avance plus rapidement. Toutefois, une FUE est aussi une opération qui ne réussit pas nécessairement.
Dans l'onglet des téléchargements, vous trouverez des informations importantes que vous pourrez télécharger et imprimer.

Nous prendrons soin de vous

Souhaitez-vous recevoir un devis personnalisé?
Remplissez notre formulaire de consultation en ligne et nous vous recontacterons.

Consultation en ligne

Avez-vous des questions?
Veuillez nous envoyer un email, et nous vous contacterons le plus vite que possible.

E-mail

Any questions about hair transplants, techniques, pricing, etc. Check our online FAQ database first.

FAQ