Psychologie

Chute de cheveux & perte de cheveux : le cheveu fait l’homme !

 

D’innombrables proverbes et locutions de notre quotidien tournent autour des cheveux : on s’arrache les cheveux, il s’en faut d’un cheveu, on a un cheveu sur la langue ou on s’attrape par les cheveux – les cheveux sont omniprésents et jouent un rôle significatif dans notre vie.
Peu importe qu’ils soient lisses ou bouclés, longs ou courts – nos cheveux doivent être sains, brillants et épais, ils contribuent, après tout, de façon décisive, à l’impression générale que l’on se fera de nous : les cheveux sont une marque de standing, un idéal de beauté et un reflet/signe visible de notre santé, de notre réussite, de notre rayonnement et de notre personnalité.
Quand les cheveux tombent, nous avons non seulement l’air malade, mais trop souvent, notre psychisme en est considérablement affecté. Les causes de la chute de cheveux ou de la perte de cheveux sont variables : influences génétiques, hormonales ou encore environnementales, comme un accident, les conséquences d'un traitement, par exemple, une chimiothérapie, ou encore une intervention chirurgicale aux cicatrices résiduelles.
Méfiez-vous de prétendus remèdes miracle : seuls une consultation et un examen médical peuvent fournir des explications et des solutions aux cheveux clairsemés, aux tempes dégarnies, à une calvitie ou à des plaques lisses.



Les cheveux – un signe de santé et de vitalité
 


Nos cheveux déterminent de façon décisive notre apparence : ils doivent sembler et être épais, vigoureux et sains – après tout, ce sont eux qui nous font paraître prospères, toniques et jeunes. Ils sont un signe de jeunesse et de santé – voilà pourquoi nous nous mettons en quatre et sacrifions beaucoup de temps et d’argent au soin et à l’aspect de nos cheveux.
D’un point de vue médical et biologique, nous n’avons pas impérativement besoin de cheveux ; ceux-ci jouent toutefois un rôle primordial dans notre vie, en particulier sur le plan social et psychologique – sans cela, pourquoi nous préoccuperions-nous d’eux à ce point ?
Les clichés usuels affirment que les femmes passent des mois, voire des années de leur vie, à soigner leurs cheveux ; mais cela n’est qu’à moitié juste, car ce sujet préoccupe tout autant les hommes. La plupart des gens accordent de l’importance à avoir de beaux cheveux, et rares sont ceux – hommes ou femmes – à être satisfaits de ce qu’ils trouvent sur leur tête. On utilise toutes sortes de produits, on teint ses cheveux, on fait des rinçages ou des mises en plis. Parfois, ça rate, ou ça ne donne pas le résultat escompté, ou l’on commence à perdre ses cheveux, pour des raisons génétiques. Si la crainte de perdre ses cheveux est particulièrement marquée chez le sexe dit fort, les femmes sont tout aussi concernées par le sujet.
 


Être ou ne pas être - une histoire de cheveux
 


Cette inquiétude liée à la perte des cheveux n’est pas nouvelle : dans l’Égypte ancienne déjà, on expérimentait diverses teintures et préparations pour prévenir la calvitie. Depuis des siècles, voire des millénaires, on essaie de multiples manières, parfois bien curieuses, de maîtriser la chute des cheveux. Les cheveux en disent finalement beaucoup sur les gens : ils indiquent l’appartenance et le statut social, et soulignent la personnalité de chacun.
Perdre ses cheveux est sans nul doute la plupart du temps désagréable, dans certains cas lié à des problèmes psychiques, et peut avoir des répercussions défavorables sur la vie sociale et professionnelle. On attribue notamment aux hommes présentant des « tempes dégarnies », des cheveux clairsemés, une couronne de cheveux ou une calvitie, un certain manque d’assurance et de moindres perspectives de succès au travail et auprès des femmes – bien que ce ne soit aucunement le cas. Il est parfaitement compréhensible que les hommes et les femmes aux cheveux clairsemés, ou moins épais, puissent être complexés, car c'est le psychisme qui est le plus affecté par la chute ou la perte de cheveux. On perd en qualité de vie, on se sent très souvent moins séduisant et on perd en assurance.



La chute de cheveux - mauvais pour l'ego
 

Mais les répercussions psychologiques de l’alopécie vont encore plus loin, car la chute de cheveux détermine l’impact que l’on a sur les autres, et ainsi la perception d’autrui, étroitement liée à l’image que l’on a de soi. Les éventuelles conséquences au travail et dans une relation de couple ne peuvent souvent être résorbées qu’à l’aide de traitements. 
Si l’on pense à l’impact que peut avoir une chevelure épaisse dans tous les domaines de la vie, on comprend aisément pourquoi depuis toujours et dans toutes les cultures, on a continuellement essayé d’agir contre la menace d’une perte de cheveux. Aujourd’hui, grâce à la médecine de pointe, nous sommes heureusement en mesure d’utiliser des méthodes efficaces contre la chute de cheveux.

Nous prendrons soin de vous

Souhaitez-vous recevoir un devis personnalisé?
Remplissez notre formulaire de consultation en ligne et nous vous recontacterons.

Consultation en ligne

Avez-vous des questions?
Veuillez nous envoyer un email, et nous vous contacterons le plus vite que possible.

E-mail

Any questions about hair transplants, techniques, pricing, etc. Check our online FAQ database first.

FAQ